Les Coupes de
1906 - 2012
           
1906
Interruption
Interruption
       
  Classement chronologique des courses Classement des courses par durée de vol Classement des courses par distance parcourue
       
 
1906 1ère Coupe Aéronautique Gordon Bennett - Paris (France) - 30 septembre 1906
16 équipes - vainqueurs : Frank Lahm / Henry Hersey - USA (641.10 km) - ballon 'United States'
 
La première Coupe Gordon Bennett s’est déroulée depuis le jardin des Tuileries à Paris, le 30 Septembre. C’était un jour d'automne magnifique à Paris, une véritable fête française. Dès l'aube, la plus grosse foule jamais réunie à Paris pour une manifestation avait commencé à remplir les Tuileries et la Place de la Concorde. Les ponts sur la Seine et les toits tout autour étaient noirs de spectateurs. Sept nations différentes représentées par seize ballons, nécessitant près de 29 000 mètres cubes de gaz de charbon, ont été gonflés devant une foule de 200.000 personnes.
   
L'ordre de décollage a été défini par l'article 12 du règlement, par un tirage au sort. A 4 heures précises, le ballon italien ‘ELFE’ a décollé avec grâce. Le départ a été donné par M. James Gordon Bennett Jr par le tir d'une arme à feu.

Les autres ballons ont suivi avec un délai de quelques minutes entre eux. L'Américain Frank P. Lahm, s’est lancé à la 12ème place.

Le plus applaudi a été Santos Dumont, qui volait pour les Etats-Unis. Comme pour cette première course tous les types d'aéronefs étaient permis, il avait fait construire une nouvelle machine volante baptisée ‘Deux AMERIQUES ‘, un ballon portant une nacelle avec un moteur actionnant des hélices tournant dans le plan horizontal. (photo ci-dessous)

Mais peu après le départ, Santos Dumont a accroché ses vêtements dans les câbles qui actionnaient les hélices et s’est blessé gravement. Il a du atterrir près de Bernay, après avoir parcouru 134 km.

Le vent venait du sud-est et a entraîné les ballons vers la Manche, obligeant les pilotes à prendre la décision d'atterrir ou de risquer de traverser dans l'espoir d'atteindre la côte anglaise. Sur les 16 ballons au départ, sept ont quitté le continent pour atterrir sans danger en Angleterre.
   
Les premiers vainqueurs de cette première Gordon Bennett étaient les Américains Frank P.Lahm et son co-pilote Hersey dans le ballon ‘UNITED STATES’, un ballon de 2080 mètres cubes.

Ils ont atterri après 22h et 15mn à Fylingdales, Yorkshire, dans le comté du nord- Angleterre, juste en face de la mer avec un vent fort à l'atterrissage. Ils on parcouru une distance à vol d’oiseau de 641.10 Km. Le Lord de Fylingdales a déclaré : « Un tremblement de terre n’aurait pas apporter plus d'attention que cet atterrissage de ballon".

Le ballon, qui a décollé en premier, ‘ELFE’ (1850 mètres cubes), avec Alfred Vonwiller et Ettore Cianetti est arrivé en deuxième position, en atterrissant près de Hull, avec seulement 54 kilomètres de moins.

Une anecdote sur cette première course concerne l’un des concurrents, M. Charles Rolls, de la société "Rolls Royce ", qui a fait parler de lui en se perdant. Après avoir atterri au sud de Hull dans la nuit, il n'a pas trouvé de bureau télégraphique ouvert pour envoyer son rapport d’atterrissage. Puis dans sa hâte pour rejoindre Londres, lui et son copilote ont totalement oublié de le faire.

Aux États- Unis, la victoire des Américaine était très encourageante, surtout parmi les membres de l'aéroclub américain.
   
Mais maintenant, les représentants de ce club devront faire face à un nouveau problème : accueillir la prochaine course. Leur organisation était très jeune, et dans tout le pays, seulement deux pilotes ont les licences internationales requises et une certaine expérience.
 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash
 
1907 2ème Coupe Aéronautique Gordon Bennett - St.Louis "Forest Park" (USA) - 21 Octobre 1907
9 équipes - vainqueurs : Oscar Erbsloh / Henry Clayton - Allemagne (1403.55 km) - ballon 'Pommern'
 
Selon les règles, Frank P. Lahm ayant gagné la course l’année précédente, c’est aux Etats-Unis que cette année elle est lancée. L'Amérique est devenue comme folle d'excitation. Il n'avait jamais eu une course de ballon internationale avant. Saint-Louis était un endroit très favorable pour le lancement. Les concurrents seraient capables de voler beaucoup plus loin que l'année précédente, jusqu'à ce que la mer soit leur limite.
   
Depuis 1906, ce sport est devenu populaire et les Etats- Unis sont en mesure de désigner trois équipes. Toutefois, le voyage en Amérique était fastidieux, la traversée de l'Atlantique et le transport du ballon étaient chers. Ainsi, seulement neuf ballons, représentant quatre pays étaient présents pour cette course.

Sur le terrain de lancement tous les préparatifs étaient en place et l’usine de gaz (Laclede Gas Light Co.) avait promis un gaz de levage extra-léger (0,39 kg / m3), pour permettre de longs vols. Mais le lancement, prévu à l'origine pour 19 Octobre a dû être reportée de deux jours. L’usine de gaz devant vider complètement le gazomètre pour le remplir avec un gaz d'éclairage spécial.

Le gazomètre contenait 133.000 mètres cubes. Le gaz a été acheminé par des grosses pompes grâce à un tube principal de 24 pouces sur le terrain de gonflage à un peu plus de 400 m de là, où plusieurs tuyaux le délivraient aux ballons.

« En raison de la possibilité que la direction du vent puisse conduire les ballons vers les Grands Lacs, il y a eu une activité fébrile dans les derniers préparatifs pour équiper les paniers avec des plaques de liège pour permettre aux équipages et instruments de flotter au cas où le ballon se pose sur l’eau. D’autres équipements, comme hache, scie, ont aussi été prévus, pour couper les courroies dans le cas d'un atterrissage dans une forêt vierge.
   
Le 21 octobre, à 10h, l’inflation des ballons a commencé. Mais à 11 h, alors que les ballons étaient à moitié remplis, le gaz a été coupé. Cette interruption était nécessaire pour assurer une pression de gaz normal pour que les ménagères de St Louis préparent le souper.

Notre petit panier a été rempli avec des sandwiches, des œufs, du poulet froid, du pain, des saucisses et du chocolat. Trois bouteilles de bourgogne devraient nous réchauffer pendant la nuit, le matin, nous prendrons du café chaud dans un thermos et au cours de la journée, du thé froid et du cidre. » a noté Erbslöh, pilote du ‘POMMERN’, ballon allemand qui se distingue des autres par sa forme et sa couleur jaune citron, tandis que les autres portaient les couleurs du jaune au brun foncé. (photo de gauche)

A 16h00, Erbslôh a décollé le premier, avec 41 sacs de ballast et pour copilote un Américain Henry Helm Clayton. La règle, que l'équipage d'un ballon soit de la même nationalité que le pays représenté, a été introduit plus tard.

Les autres ballons l’ont suivi de près : 3 Américains, 2 Français, 1 Anglais et 2 autres Allemands.

Il a volé immédiatement à une altitude plus élevée, où il trouva les vents du sud-ouest. Dans les niveaux inférieurs, les ballons ont été conduits vers l'ouest. Oscar Erbslöh a remporté la course avec une distance de 1 403 km et commenté :

« Nous avons dû renoncer à l'espoir d’entrer dans le Connecticut en survolant la ville de New-York, et nous avons dû nous contenter d'un atterrissage sur les côtes de New Jersey aussi loin au nord que possible. J'ai tiré la vanne pour une descente assez lente jusqu'à Asbury Park. J'avais ouvert le ballon en utilisant le panneau de déchirure, de sorte que le gaz s’échappe immédiatement. Lorsque nous avons rampé hors de notre petit panier qui avait été notre hôte pendant 40 heures, une foule s'était déjà rassemblée près autour de nous. Ils nous ont emmenés au bureau du télégraphe le plus proche avec leur automobile. Nous avons posté nos télégrammes avec un atterrissage confirmé par un fonctionnaire. »
   

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash
 
1908 3ème Coupe Aéronautique Gordon Bennett - Berlin (Allemagne) - 11 Octobre 1908
23 équipes - vainqueurs : Theodor Schaeck / Emil Messner - Suisse (1 190 km) - ballon 'Helvetia'
 
Les dernières courses ont permis des vols sur de longues distances. La course de 1908 restera celle des vols les plus aventureux de l'histoire des courses. Le résultat et les rapports sont passés dans tous les journaux. La Gordon Bennett est devenue très populaire et a connu un succès que seuls les Jeux Olympiques pourraient avoir aujourd'hui.

Pour replacer cette course dans son contexte : le record du monde de durée d'un avion avec un pilote et un passager a été réalisé (1 heure, 9 minutes et 45,6 s) par Wilbur Wright juste un jour avant le lancement de la Gordon Bennett .
C'était la première fois que la Suisse était représentée dans une Coupe Gordon Bennett, qui comptait cette année 23 ballons venant de 8 pays. L’organisation était exemplaire, un immense champ d’inflation a été sécurisé, 23 connexions pour le gonflage des ballons étaient disponibles. Chaque nation avait son propre hangar pour stocker le matériel. Les usines à gaz ont pu distribuer 22.000 mètres cubes de gaz par heure, en 2 heures et 20 minutes tout le gonflement était achevé.

Le décollage des ballons a commencé à 15h00 précises. Les météorologues avaient prévu un vol vers le sud, les atterrissages étaient donc attendus en Russie du Sud ou en Roumanie. Le Consul général du tsar de Russie à Berlin, Wirkl. Staatsrat von Artzimowitzsch, avait fourni aux équipages des lettres de recommandation en russe. Mais elles seront inutiles.

La direction sud-est s’est maintenu seulement pendant quelques heures, puis dans la nuit, le vent a tourné de 180 degrés et ainsi de suite, le lendemain, les ballons étaient à nouveau sur la même latitude sur laquelle ils avaient été lancés.
En approchant de la côte de la mer du nord, ils ont rencontré les ballons d’une autre course, lancée un jour plus tard. A ce moment, pour la majorité, la course était terminée.

Peu de temps après le lancement et également pendant le vol, certains événements se sont produits, qui auraient pu se terminer dramatiquement. C'était vraiment un miracle que personne n'a été gravement blessé.

Le ballon américain ’CONQUEROR’, d’A. Hollande Forbes et Auguste Post, parti en 9ème position, a heurté une barrière du terrain de lancement, en perdant quelques sacs de lest. Le ballon s'éleva dans l'air comme une fusée. L’appendice, trop étroit et d'une construction défaillante, n’a pas permis au gaz de s’échapper rapidement. A une altitude de plusieurs centaines de mètres, l'enveloppe s’est déchirée. Le ballon est tombé comme un parachute à l'intérieur du filet, ce qui a réduit la vitesse de chute, mais sur le toit d’une maison. Le panier a endommagé les tuiles et est resté coincé à la cheminée.
   
Un autre accident a frappé le ballon espagnol ‘MONTANES’ près de Magdebourg.
A une altitude de 2 000 mètres, le rip-out du panneau (conçu pour un dégonflage rapide de l'enveloppe à l’atterrissage) s’est ouvert pour des raisons inconnues.
Pour diminuer la force de l’impact du ballon de 2 200 mètres cubes, le Pilote a jeté 40 sacs de ballast au cours de la chute. Il a s’en est sorti sans blessures graves.

D’autres incidents se sont produits dans la mer du Nord :
* Le ballon Américain ‘ST.LOUIS’ a traversé la rivière Weser à 22h15 en volant dans un épais brouillard. A 22h30 Nason Henry Arnold et Harry J. Hewat ont vu la mer sous eux à travers un trou dans le brouillard. Au nord de l'embouchure de la Jade, à l'ouest du phare, ils ont amerri et à environ 11:30 heures, ils ont été pris à bord du bateau pilote WANGEROOG. Le ballon alors vide s’est échappé et a été retrouvé plus tard à Grimsby en Angleterre.

* Les Espagnols Juan Montojo et son compagnon José Romero de Vejade ont aussi survolé la mer avec leur ballon ‘CASTILLA’. Après environ 38 heures, ils ne pouvaient pas garder le ballon en l'air plus longtemps et sont tombés à l'eau. Heureusement, un pêcheur était tout près : « «Dans la matinée du 13 Octobre, à 5h00, nous avons vu un ballon, son équipage, deux hommes, et le panier flottant dans l'eau . Nous nous sommes dirigés vers eux. Nous les avons mis dans notre bateau avec leur ballon à bord. Nous étions ouest au nord de Helgoland. »
   
* L'équipage du ballon allemand ‘BUSLEY’ a adressé un télégramme à Edimbourg le 15 Octobre , quatre jours après le lancement : « Mardi soir, 01h00, avons quitté la côte avec 17 sacs de lest et un vent vif de 50 kilomètres, direction le centre de l'Angleterre. En mer, le vent a soudainement tourné au nord. Nous étions perdus. À 5h00, avons réussi une communication avec un bateau vapeur. Le ballon est descendu dans l’eau, mais a été éjecté du bateau à cause du vent fort. Avons donc dû déchirer. Sauvetage extrêmement dangereux Avons été repêché par le capitaine Schach presque nus. Journal de bord et objets perdus. Ballon récupéré.» Dr. Niemeyer, Hiedemann.

La course de 1908 a créé un nouveau record du monde de durée du vol : Les deux vainqueurs, les pilotes Suisses Schaeck et Messner, dans leur ballon ‘HELVETIA’ ont parcouru 1212 Km en 73 heures. (photo de gauche)

« … Nous ne savions pas exactement où nous étions, la côte norvégienne ou la côte de l'Ecosse. Nos instruments indiquaient 5 300 m. Nous avons essayé d’atteindre un niveau plus bas et tout à coup nous avons vu un bateau. Il venait de la côte et avait un parcours parallèle au nôtre. Nous avons crié vers eux. Pas de réponse. Maintenant, nous laissons descendre le ballon un peu plus, jusqu'à ce qu'une partie de la corde soit au niveau de l’eau. Nous avons demandé à l'équipage de nous accompagner pendant un certain temps. Ils n'ont pas entendu nos appels, nous leur avons donné en différentes langues. Ils ont récupéré la corde et finalement attachée. En fait, ce fut la fin de notre vol. …. Mais nous avons gagné la Coupe Gordon Bennett »
   
En fait, ce n’était pas si sûr. La dernière réunion du FAI du 27 mai 1908 avait effectivement décidé : « Dans le cas d'un ballon qui atterri en mer et est recueilli par un navire, le ballon sera retiré de la compétition, mais sans pénaliser le pilote ». Ce n'était donc pas facile pour le jury, qui a annoncé le 31 Octobre : " Les décisions de la conférence internationale de Londres du 27 mai n'affectent pas cette année la Gordon Bennett, car elles avaient été faites après la date de clôture de cette course (1er Février 1908) ». L' Aéro-club du Royaume-Uni a déposé une protestation contre cette décision, en vain.
 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash
 
1909 4ème Coupe Aéronautique Gordon Bennett - Zürich (Suisse) - 3 Octobre 1909
17 équipes - vainqueurs : Edgar W. Mix / Andre Roussel - USA (1 121.11 km) - ballon 'America II'
 
L'année précédente, Berlin avait mis en place des normes élevées en matière d’organisation, désormais chaque aéro-club hôte de la course a essayé de les surpasser. L’aéro-club suisse a invité des ballons pour deux autres courses le vendredi 1er Octobre, avec plus de 50 ballons. Une foule immense était venue à Schlieren. La presse a évoqué environ 400 voitures, 142 trains et le tramway qui auraient transporté 400.000 personnes. Des stands énormes ont été érigés pour les spectateurs sur le terrain de l'inflation.
 
Les usines à gaz de Schlieren étaient très affairées. 44.000 mètres cubes de gaz ont été livrés, chaque ballon avait sa propre connexion de remplissage. Les tubes d'une longueur totale de 1 km ont été posés et reliés à Gerlafingen sans frais.

Pour l’inflation et la préparation des ballons, 150 hommes des compagnies de ballon, 700 hommes de la garnison de Zurich et 400 membres des clubs d'athlétisme locaux ont été mobilisés et commandés par 8 officiers. En 3 heures, ils ont terminé le gonflage.

Chaque jour, la station météorologique principale de Zurich a fourni de nouvelles cartes météorologiques. Plus tard, leur pronostic s'est avéré être très précis : Vol direction nord-est avec des pluies.

A 15 heures, le ballon italien ‘ALBATROS’ a été lancé en premier, suivi par ‘UTOPIE’ de la Belgique et ‘ILE DE France’. Oberst Theo Schaeck, vainqueur de la précédente course, a été le dernier à prendre son envol avec ‘HELVETIA’. Après 18 à 23 heures de course, les points d’atterrissage ont été la Bohême, la Moravie, la Haute-Silésie.

Le pilote Français, Leblanc, est arrivé avec de forts vents de terre dans les montagnes des Carpates. Les deux membres d'équipage ont été projetés hors de la nacelle.
   
Le ballon, alors plus léger de 130 kg, a disparu dans les nuages avec tous les instruments, documents et matériel. Tout à fait impuissants, les deux pilotes se sont retrouvés dans la montagne avec leurs chaussures de ville. Plus tard, Leblanc a déclaré dans le journal Livre d'Or : «La Coupe Gordon Bennett est le championnat le plus important parmi toutes les compétitions internationales, il doit également être respecté en tant que tel ».

Seul un ballon a volé une seconde nuit, 'AMERIQUE II' avec Edgar W. Mix et André Roussel qui se sont posés en Russie après un vol de 1 140 km et remporte cette course. Ainsi l'Amérique est devenue à nouveau l'hôte de la course pour 1910.
 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash
 
1910 5ème Coupe Aéronautique Gordon Bennett - Saint Louis (USA) - 17 Octobre 1910
10 équipes - vainqueurs : Alan Ramsay Hawley / Augustus Post - USA (1 887,60 km) - ballon 'America II'
   
Pour la deuxième fois en Amérique, pour la deuxième fois au même endroit, à St. Louis. Mais quelle différence avec l’organisation de la course trois ans auparvant !  
   
Dix équipes ont participé à cette course. Lorsque les pilotes et leur matériel sont arrivés à Saint-Louis, « on » avait vraiment oublié que la course devait avoir lieu ici. Nulle part ils ne pouvaient obtenir d’information, personne ne pouvait les renseigner. C'était comme si ils étaient allés à un mauvais St. Louis.

Enfin le dimanche 16 Octobre, les pilotes ont découvert un avis au bureau des organisateurs, leur annonçant que le gonflement des ballons aurait lieu le lendemain, le lundi matin à 4 heures.

Le lancement était prévu pour l'après-midi, à 16h30, avec l'ordre du lancement. Il était précisé que chaque équipe de ballon aurait l’aide de « sept nègres ».

Le vent venant du sud / sud-ouest, cela promettait un immense espace de vol pour les ballons, mais aussi vers les Grands Lacs et la nature canadienne avec des zones désertes et des forêts gigantesques. Il fallait beaucoup d'énergie et d'amour pour la compétition pour prolonger le vol jusqu'à ces zones inhospitalières.
Sept des dix ballons ont pris le risque de sauter à travers les Grands Lacs et ont volé vers le Canada.

Le ballon allemand 'HARBURG III' de Vogt et Assmann est tombé dans le lac Nipising. Lorsque l'équipage a atteint le rivage à la nage, ils ont été accueillis par des Indiens.
Messner et Givaudan ont posé leur ballon ’AZUREA’ au milieu de la forêt et il leur a fallu 3 jours pour trouver une zone habitée.
Les aérostiers allemands von Abercron et Blanckertz se sont perdus dans la forêt et ils ont dû marcher pendant 10 jours. Leur ballon a été retrouvé trois mois plus tard par les Inuits.

Les organisateurs n’avaient plus de nouvelles des Américains Allan R. Hawley et Auguste Post (au lancement sur la photo de gauche). L’aéro-club américain ainsi que le club local de Saint-Louis ont envoyé des représentants à Ottawa et à Toronto pour organiser une expédition de sauvetage.

Finalement, après 10 jours, un télégramme envoyé de Saint- Ambroise arriva avec ce message: « Posés il ya une semaine dans le désert sur la rivière Péribonka à 50 miles au nord de Chicoutimi – allons bien tous les deux et sur le chemin du retour - Hawley et Post »
   
Après un vol de 1 887 km, ils ont atterri chez les Indiens, quelque part dans les forêts denses du Canada. Il leur a fallu 4 jours de marche avant de trouver un chasseur isolé. Marche extrêmement ardue, car ils ont dû transporter avec eux toute leur nourriture et des couvertures et Hawley souffrant d'une blessure lors d’une chute. Ils ont mérité leur victoire ! (Extrait du rapport original de Hawley sur son vol vers la victoire )
 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash
 
1911 6ème Coupe Aéronautique Gordon Bennett - Kansas-City (USA) - 5 Octobre 1911
6 équipes - vainqueurs : Hans Gericke / Otto Duncker - Allemagne (757,84 km) - ballon 'Berlin II'
 
Le 5 Octobre, le lancement de cette Gordon Bennett a eu lieu à Kansas–City, qui était sous la domination des ballons. Déjà, dans la soirée du 3 Octobre il y avait une splendide procession pour honorer les aéronautes. Les Américains ont remporté la coupe en 1909 et en 1910, il fallait s'attendre à ce qu'ils fassent tout leur possible pour gagner cette édition pour la troisième fois consécutive, ce qui permettrait à l'Amérique de conserver la Coupe définitivement. Les meilleurs pilotes de ballons devront participer à cette course. C’est pourquoi les Américains ont organisé tenu une sorte de championnat national pour la première fois, dans lequel trois pilotes ont dû se qualifier.
 
De plus, l’aéro-club national avait prévu que les concurrents américains devraient voler avec de nouveaux ballons, en tissu enduit de caoutchouc.

Seuls six ballons ont été engagés, les trois Américains ont dû faire face à deux Allemands et un Français. De leur côté, la France et l'Allemagne ont annoncé qu'ils allaient participer avec les meilleures équipes et les meilleurs ballons possibles.

Les préparations à Kansas City ont été parfaites. Les usines à gaz, comme en 1907, avaient livré un gaz spécial très léger de sorte que les six ballons de 2 200 m³ ont été remplis rapidement. Le format des enveloppes s'est révélé parfait pour le gaz de houille et a été considéré comme suffisant pour la Gordon Bennett à partir de là.

Au matin du 4 Octobre, visite d'inspection des ballons. A 17 heures briefing pour le vol et tirage au sort pour définir la séquence du lancement. Le lendemain matin à 6h30 les ballons ont été amenés sur le terrain de lancement.

L'inflation des ballons a commencé à 15 h et s'est terminé à 17 h. Même si la course a été lancée un jeudi, beaucoup de spectateurs étaient venus, tout en espérant la victoire d'un Américain.
   
L'ingénieur allemand Hans Gericke a volé avec Otto Duncker pendant dix heures sur ‘BERLIN II‘ dans son panier plein de neige et de pluie. (photo de gauche)

Ce fut un exploit impressionnant qu’il raconte : « Quelques gouttes de pluie abondantes sont tombés puis une averse s’est abattue comme je n'avais jamais vu auparavant. Nous avons déchargé du ballast, mais la pluie redoublait et nous pressait vers le bas encore et encore. Nous devions essayer de monter au-dessus des nuages.

Les pluies diluviennes qui claquaient sur le ballon sonnaient à nos oreilles comme des volées d'une mitrailleuse. J'ai été cherché des altitudes plus élevées et nous sommes montés à 2 000 et 3 000 m. Tout le ballast a été sacrifié pour ça, à l'exception de la dernière réserve pour l'atterrissage. Alors à regret, nous avons dû décider de sacrifier une partie de la nourriture. Mais même cela n'a eu aucun succès. L'eau poussait encore le ballon vers le bas et se versait sur nous avec un débit digne des chutes du Niagara.

De temps en temps, nous avons pris une bonne gorgée de cognac, pour garder nos esprits alertes et réchauffer au moins l’intérieur de notre être humain. Pendant dix heures, nous avons dû rester dans le panier, debout sous les douches glacées de pluie et de neige mêlée.
   
Nous avons dérivé dans l'air sans aucune chance, même à peu près, de pouvoir déterminer notre position, nos instruments humides n’étaient plus en service. A 6 heures du matin, nous avons décidé descendre pour des raisons de sécurité.
Le lendemain matin, j’ai été jusqu’à la ville de Holcombe, à cinq miles de là. De là, j'ai télégraphié notre atterrissage à l' Aéro-Club de Kansas City. Un peu plus tard, le télégramme de Geo M. Meyers, président du club est arrivé avec de bonnes nouvelles : « Avec mes meilleurs félicitations, vous êtes le gagnant ! ». Ainsi, la victoire était pour nous et nous n'avions pas résisté à dix heures de douches glacées dans le ballon pour rien ! Notre distance parcourue était de 757 km à vol d’oiseaux.
 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash
 
1912 7ème Coupe Aéronautique Gordon Bennett - Stuttgart (Allemagne) - 27 Octobre 1912
20 équipes - vainqueurs : Maurice Bienaimé / R. Rumpelmayer - France (2 191,00 km) - ballon 'La Picardie'
 
En remportant la course en 1911, Hans Gericke avait ramené la course en Allemagne. Mais Sept jours avant le lancement, le 20 Octobre 1912, lui et son compagnon, le premier lieutenant Wilhelm Stieler, sont tombés mortellement de 700m avec le ballon REICHSFLUGVEREIN I, près de Riesa (Saxe).
   
Stuttgart a été choisie comme ville du lancement grâce à sa position centrale en Europe, sa distance à la mer, mais aussi la capacité de son usine à gaz. Le record du nombre de concurrents a presque été atteint avec 20 ballons d'une capacité de 2 200 mètres cubes.

Sur le Cannstatter Wasen, le champ de courses des chevaux, 320 m de long et 260 m de large, a été séparé par des murs en bois. Des stands pour les spectateurs ont été ajouté ainsi qu’un espace pour la presse, pour les concurrents et des bâtiments pour le courrier et le matériel.

Sur le côté sud-ouest, vers la rivière Neckar, les tubes de gaz ont été portés. L’usine à gaz de Gaisburg a fourni du gaz spécial, léger (0,39 kg / m3), sur la rive opposée grâce à des extracteurs de 95 chevaux chacun.

Le centre météorologique de Stuttgart a transmis des télégrammes météorologiques partout à travers le monde. Le sable pour le ballast a été tamisé extra fin et séché sur le feu, pour le protéger contre le gel à des altitudes élevées, du foin a été utilisé pour tapisser les paniers.

Pour la sécurité, des passeports avec un visa spécial pour la Russie et la Turquie ont été remis à chaque pilote. Pour le bien-être physique le producteur de champagne Kessler & Cie de Esslingen avait préparé un panier pique-nique pour chaque ballon, contenant entre autres une bouteille de "Kessler cuvée spéciale "
   
Ils sont aussi partis avec un bidon de "Hygiama", une sorte de rations de fer pour survivre après l'atterrissage dans des zones reculées.

Lors du gonflage le ballon américain ‘KANSAS-CITY’ éclata. L’équipage à pu voler sur un ballon loué, le ‘DÜSSELDORF II’ mais hors compétition.

A 16 heures et avec de bonnes conditions météorologiques, le ballon Français ‘PICARDIE’ a ouvert la course au son de la Marseillaise, avec à son bord Maurice Bienaimé et René Rumpelmayer (photo de gauche).


Tous les ballons devaient essayer de trouver rapidement une couche en économisant autant que possible le ballast pendant la nuit froide. Au matin, les ballons étaient, dans la région de Dresde et Magdebourg, en direction Est / Nord-Est avec une vitesse de 30 km/h.

Les premiers atterrissages ont été signalés et les chutes de neige ont commencé. Bienaimé a posé son ballon ‘PICARDIE’ le dernier, toujours dans la tempête de neige, après 45 h et 42 min, près de Rjasan au sud de Moscou. La distance parcourue de 2 191 km était la plus longue jamais atteinte dans une Coupe Gordon Bennett. Ils ont été accueillis avec les honneurs à Moscou.

Ce record de distance tiendra pendant 93 ans! Le pilote de ‘DÜSSELDORF II’ qui volait hors compétition a été incarcéré dans une prison russe pendant plusieurs jours comme « espion britannique ».

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash
 
1913 8ème Coupe Aéronautique Gordon Bennett - Paris (France) - 12 Octobre 1913
18 équipes - vainqueurs : Ralph M Upson /Ralph A.I. Preston - USA (618,00 km) - ballon 'Goodyear'
 
Le lancement de la Gordon Bennett est revenu dans sa ville natale de 1906, à Paris, au Jardin des Tuileries, grâce à la victoire de Maurice Bienaimé et René Rumpelmeyer. Les vols de ballons étaient très attrayants pour les français, plus d'un demi-million de spectateurs étaient présents lors du lancement. Ils espéraient une victoire française. (photo ci dessous - gauche))

18 pilotes
étaient venus à Paris et tout le monde savait qu'ils étaient " les meilleurs du monde".
     
 
Pour la première fois dans une Gordon Bennett, une femme, Mme Gustave Goldschmidt, a volé en tant que « 2ème homme dans le panier ».

Il ya également eu un changement dans la sélection des pilotes : moins de nobles et d’industriels et plus de pilotes d’aéro-clubs nationaux, plus endurants et avec plus d'expérience. Au centre : départ du ballon 'Duisburg', Allemagne, piloté par Hugo Kaulen. A droite, Leblanc et Dubonnet, dans la nacelle de leur ballon 'Ile-de-France'
     
Ernest Demuyter a raporté : “Le matin, après le lancement on était à environ 200 kilomètres au sud de Paris. Puis le vent a tourné au nord-ouest, vers l'océan Atlantique. Or, par le passé, il fallait essayer de voler vers le plus loin vers la terre, direction la Bretagne, jusqu'à la ville de Brest.

Aujourd'hui, chaque pilote de ballon sait (ou devrait savoir), que le vent tourne à droite dans une zone de haute pression et dans le sens antihoraire dans un bas. Le pilote américain, Ralph Upson le savait aussi mais il a traversé la côte, sous le regard effrayé des autres, en direction d’une mort certaine s'il ne trouvait pas de navire pour le récupérer dans l’océan. Mais il n’a pas eu besoin de navire !

Il est descendu à cause du refroidissement de l'air au-dessus de l'eau et donc de son influence sur la température du gaz. Le ballon a pris la direction vers le nord, vers les côtes anglaises, entre Exeter et Portsmouth.

De là, il a fait une large boucle, en traversant le canal de Bristol, en passant au nord de Birmingham jusqu'à la mer du Nord, au nord de la petite ville Bampton, Devon, où il a été forcé à d’atterrir après 43 heure 30 mn de vol pour une distance de 618 Km. »

Ainsi Ralph Upson, sur son ballon ‘GOODYEAR’ et son co-pilote Ralph Preston ont remporté la 8ème coupe. A la seconde place un autre Américain, Harry Eugene Honeywell avec le ballon ’Uncle Sam
 
Ci dessus, à gauche, Demuyter et Vleminkx, avec leur ballon 'Belgica' et sur la droite, les pilotes Italiens Agostini et di Vallée sur 'B.A.'
 
 
1906
Interruption
Interruption
 
Sources Texte et Crédits Photos