Hangar à Dirigeables d'Ecausseville
 
 
Histoire Construction Sea Scout Astra-Torrès Zodiac Chalais-Meudon Aerohistory
         
Cliquez sur les noms pour découvrir les dirigeables qui ont séjourné au Hangar
   
               
 
     
Après avoir collaboré avec les frères Tissandier, Édouard Surcouf crée à Billancourt les Ateliers aéronautiques Éd. Surcouf en 1899.

En 1908, Henry Deutsch de la Meurthe fonde la Société de Constructions Aéronautiques Astra en rachetant ces ateliers. Les activités concernent la construction des ballons et dirigeables puis des aéroplanes.

La collaboration avec l’ingénieur Torres Quevedo donne un nouveau départ à la société. Une vingtaine de dirigeables Astra-Torres seront fabriqués durant la guerre.

Décembre 1916, la Marine décide d’un système d’appellation pour les nouveaux dirigeables, basé sur les initiales du constructeur suivi d’un chiffre du rang de construction.
 
Ainsi les escorteurs de la maison Astra-Torrès sont immatriculés AT-1, AT-2, etc…. Les dirigeables Astra-Torrès sont reconnaissables à leur enveloppe trilobée et leur nacelle rectangulaire allongée.
Sur les ballons de la série AT5 à AT-9, une plate-forme est ajoutée à l’avant pour installer un fusil mitrailleur, qui sera supprimé par la suite car trop périlleux pour l’équipage.

Caractéristiques des AT-5 à AT-9:


Volume : 6 700 m3 – longueur : 71 m – vitesse maxi : 74km/h – Equipage : 5 hommes

L'Astra-Torrès AT-5 est assemblé par la société Astra, dans son usine d'Issy-les-Moulineaux. Il effectue son premier vol le 23 Septembre 1917 à Issy. Il est convoyé vers Montebourg le 1er Octobre 1917.

Plusieurs pilotes se sont succédé a ses commandes :

L'EV1 Jean-Marie Font-Réaulx du 23 Septembre1917 au 6 Décembre 1917.
L'EV1 Paul Thieulin du 6 Décembre 1917 au 25 Janvier 1918.
L'EV1 Hubert Lapied reprend le pilotage à partir du 29 Janvier 1918
Rare photo de l'AT-5 à Montebourg en novembre 1917
   

Dans la nacelle du C-4 - 1916
Lors de sa 27ème et dernière ascension, le 30 janvier 1918, l’AT-5 est en patrouille pour une escorte de convoi. Suite à une panne de moteur, sans doute due à une mauvaise qualité de l’essence, il part en dérive. Le patrouilleur Cyprin tente de le remorquer mais échoue car le guiderope casse.

L'EV1 Lapied décide alors d’amerrir. Le ballon est perdu, enveloppe déchirée, mais l’équipage est récupéré par le patrouilleur. l'At-5 aura eu une vie très courte.
Nacelle de l'AT-5 en janvier 1918 à Montebourg
   
Après avoir servi la Royal Navy, le Coastal C4 est cédé à la Marine française et devient l’Astra-Torrès AT-0. En 1922, l’AT-10, affecté à Rochefort, arrive à Montebourg pour effectuer deux sorties pour des manœuvres de l’escadre.